Lundi, 6 août, 2018 - 10:39

Conduire quelques chiens courants ou une meute nécessite des termes quelque peu différents. La meute et son "piqueux" ou "piqueur" maître-chien s'expose plus aux chiens de recherche tous genres confondus puis le conducteur auquel il faut associer "traqueux" ou "traqueur", un devoir des plus passionnant sans exclure de même des plus contraignant de l'ensemble du monde de la chasse, particulièrement celle du sanglier, laquelle ne peut se pratiquer sans l'accompagnement de ces chiens hautement qualifiés.

Ces fameux rapprocheurs créancés uniquement dans la voie du sanglier ne sont que "d'indispensables régulateurs".

La réussite ne tombe pas du ciel ! ne pas se faire d'illusion à ce niveau.

L'éleveur-formateur-conducteur doit en avoir la vocation absolue. Le chien doit avoir impérativement de très grandes origines.

Ce monde de la chasse aux chiens courants, de nos jours, s'avère bien envahissant. Chacun a pleinement le droit de s'approprier sa petite meute pour ses propres plaisir et loisir, à condition toutefois d'en avoir la compétence. Trop de personnes se lancent dans cette activité sans en connaître la teneur, ce qui fausse et détourne l'image de cette noble tradition.

Quelles véritables compétences possèdent ces "nouveaux" piqueurs qui déballent des dizaines et des dizaines de chiens courants, toutes races confondues ?

Actuellement, au vu du nombre de parcs et d'enclos de chasse, quelle qu'en soit la superficie, ces animaux, dits "sauvages" n'ont en fait aucune chance de survivre face à une totale désorganisation "humaine".

En résumé, chasser un lapin dans un clapier reflète une bien triste réalité !

Comment des hommages peuvent-ils être rendus à ce genre d'organisateurs ?

Sans orgueil, sans prétention, et sans complexe de supériorité, nous, les véritables chasseurs régulateurs indispensables à l'équilibre de notre chère nature, ne cherchons pas particulièrement les honneurs, mais simplement la reconnaissance de nos efforts totalement gratuits.

A chacun son rôle, sa spécialité. Nous sommes tous confrontés aux difficultés que nous réserve ce formidable parcours de chasse, dans lequel la nature joue un rôle considérable et nous réserve bien des surprises. Les territoires de chasse, au plan national, sont si différents par leur faune, leur flore, leur végétation, bien attitrés à chaque région, qu'ils nécessitent obligatoirement l'adaptation de ces chiens spécialisés à leur environnement.

Force est de reconnaître que malgré ces moments de souffrance, nous sommes dominés par le plaisir de vaincre toutes douleurs y compris celles à venir. En réalité, nous sommes esclaves de nous-mêmes, nous sommes en sorte les porte-paroles de toutes défaites, nous devons, sans porter un jugement de toutes espèces d''évènements, de mensonges, traduire nos ressentis au détriment du producteur de risques.
Vous êtes de même le porte-parole de notre chère nature, laquelle joue un rôle considérable au travail du rapprocheur. Toutes responsabilités en action de chasse pèsent lourdement sur les épaules du ou des conducteurs ; autant vous êtes porté en triomphe lors de réussites à un beau tableau de chasse, autant le maître et ses chiens rapprocheurs peuvent être déchus de ces valeurs en cas d'absence de gibier au tableau...

 

 

Mon action avec mes rapprocheurs fait rêver tout mon entourage. Le "rêve" réalisé éveille aussi bien l'admiration que la jalousie. Les preuves ci-dessous.

Rancho et Amiral volés par une équipe de bracos de Villeneuve-Loubet (06), équipe malheureusement relaxée par une justice laxiste (ces individus n'étaient-ils pas "par harsard" complices du "Renard"?).

 

3 de ces rapprocheurs (Calypso, Fantôme et Fabuleux) volés au domaine de la Baudrinière, domaine de la "honte" judiciairement, probablement par un parasite habitué à la meute.

 

9 de ces rapprocheurs ont été empoisonnés lors d'une invitation de chasse située au grand-rond (Cher). Une invitation amère, laquelle a basculé dans une atmosphère de vengeance mettant probablement certains responsables en cause. Un acte de barbarie inqualifiable..

 

Unter disparu lors d'une partie de chasse aux sangliers (secteur Bitche Sarreguemines 57) saison de chasse 1986-1987.

 

Istanbul disparu lors d'un rapproché de chasse à courre (secteur Beaumont le Roger dans l'Eure) saison de chasse 1987-1988.

 

Décriveur, un champion disparu au Panzout en Brenne (Indre).

 

Décriveur, 3 tentatives de vol échouées, la dernière dans la forêt de Reno dans l'Orne, saison de chasse 1988-1989.